TRAVAÏKIDO : la voie du management

leadership

 

Dans cette entame du XXIème siècle, le concept de « management » a trouvé ses limites. Il est confronté à l’évolution des organisations, avides de résultats à court terme. Il est malmené par l’apparition de nouvelles pathologies liées au travail : « burn-out », « bore-out » et autre « brown-out ». Enfin, les pratiquants du management, les managers, se voient remis en cause dans leurs missions par l’arrivée de l’intelligence artificielle. Le mot lui-même est devenu un mot valise, vide de sens, que chacun tente de remplir avec plus ou moins de succès.

C’est sans doute, d’une certaine manière, le pari de Descartes et de l’Occident en général qui touche à ses limites. Pendant des siècles, en Europe puis sur le continent américain, nous avons couru après la technologie. Elle nous rattrape désormais. Et si, en complément du cartésianisme occidental, nous proposions le « chan » et le « zen » de l’Asie ? Nous pourrions peut-être redonner du sens à notre rôle, notamment dans l’entreprise, où nous passons une grande partie de notre temps. Cartésianisme, zen, chan… le « travaïkido » est en train de voir le jour…

Et si la performance d’un leader résidait dans sa capacité à mobiliser les énergies ? La sienne, en premier lieu, et celle de chaque personne composant son équipe.

kokyu-2Pour creuser cette idée, nous vous proposons de partir à la croisée des chemins entre le monde du travail et l’un des arts martiaux qui consiste justement à harmoniser les énergies : l’aïkido.

Ce carrefour, le travaïkido, consiste à construire un pont entre ce que je suis en qualité de leader, et ce qui caractérise chacun de mes collaborateurs :

TRAVAÏ : harmonie entre mes valeurs, mes compétences, mes besoins… et celles et ceux de chaque membre de mon équipe.

cercle-infini-energieCela renvoie notamment au fait de bien me connaître, de bien comprendre les modes de fonctionnement des personnes au sein de mon équipe et d’adapter mon style de leadership en intelligence de situation, pour moi et pour les autres.

KI (énergie) : être acteur, en confiance, afin de mobiliser mon énergie et celle de mon équipe.

Utiliser mon énergie avec intelligence, mener les bonnes batailles et lâcher prise sur d’autres sujets… Mener ma vie professionnelle comme un marathon et non pas comme un 100 mètres.

Pour mes collaborateurs, il s’agit principalement de prendre conscience et d’activer les leviers de motivation pertinents afin de déployer au maximum le potentiel de chacun tout en levant les obstacles potentiels. Cela renvoie enfin au développement des compétences.

Il s’agit d’un point central dans la compréhension des arts martiaux en général, et de l’aïkido en particulier. Le leader n’est plus le point focal qui dépense son énergie pour entrainer les autres. Il se met au niveau de l’équipe, partage son énergie avec elle, et s’arrange pour qu’elle circule de façon à produire un niveau dénergie supérieur à la somme des énergies individuelles.

DO (la voie) : méthode et étapes pour construire et concrétiser mes projets, ma stratégie.

kanji-doCette phase renvoie aux notions d’organisation, de suivi de l’activité ainsi qu’à la capacité de déléguer et au processus de prise de décision…

Dans les philosophies orientales, la voie est plus importante que le résultat. Dans le travaïkido, les comportements, les attitudes, le sens donné à chaque chose deviennent tout aussi importants que l’objectif à atteindre. Être suivi ne consiste pas seulement à définir des objectifs, c’est aussi adopter une posture qui donne envie d’être suivi.

 

 

 

Travaïkido : « La voie de la synchronisation des énergies du collectif ».

 

Article écrit à 3 mains, comme toujours nous restons à votre écoute :

François Debly – francois.debly@5d-coaching.com

Nicolas Quoëx – nicolas@skillspotting.com

Jean-Christophe Thibaud – jcthibaud@lectia.fr

 

 

Le développement personnel du manager

2018

En ce début d’année 2018, vous êtes certainement à la recherche de bonnes résolutions. Voici un petit coup de pouce pour vous aider à enrichir votre “to do list” “développement personnel”…
Peut-on imaginer un sprinteur, médaillé olympique, qui ne ferait pas de séances d’entraînement, de musculation, de préparation mentale, d’exercices de visualisation, d’analyse de ses meilleures performances ? Le manager est un sportif de haut niveau. Il doit donc s’efforcer d’utiliser les outils à sa disposition pour renforcer ses capacités dans des domaines aussi varies que la gestion du stress, la communication, la gestion des conflits, la motivation des équipes etc…

La formation : luttez contre votre obsolescence programmée…

coachingA la suite de votre entretien professionnel, votre manager vous envoie en formation sans vous demander votre avis ? Arrêtez de maugréer et de ruminer sur la perte de temps que cela représente ou sur le message caché que vous envoie ainsi votre boss. Prenez cette intiative pour un cadeau. Quoi qu’il arrive, ces bulles d’oxygène hors de vos sentiers habituels, vous permettront de rester à la pointe. Une bonne façon de ne pas devenir obsolète aux yeux de vos collaborateurs, de votre hiérarchie, et de vos recruteurs potentiels. La pression de l’intelligence artificielle, l’intégration du “big data” dans vos organisations doit vous inviter à remettre à jour en permanence vos savoirs et connaissances. A ce propos, nous développons une excellente formation sur la gestion des émotions en entreprise (cf lien ci-dessous).

Le coaching : acceptez de vous regarder devant un miroir…

Près de 9 entreprises sur 10 qui se sont déjà adressées à un coach pour leurs salariés, estiment avoir amorti leur investissement (Le Parisien, novembre 2016). La population des managers est la première bénéficiaire des actions de coaching (devant les dirigeants et les entrepreneurs). En Europe de l’ouest ces actions sont majoritairement financées par les employeurs. Etre coaché permet, entre autre, une meilleure connaissance de soi, un recul sur ses pratiques, un gain d’autonomie, un développement de son leadership, etc… En outre, les séances traitent de problématiques individuelles, souvent très personnelles voir confidentielles, inabordables en formation ou avec son manager.

La méditation, la MBSR, le yoga, le taï chi chuan : recentrez vous pour le meilleur et surtout le pire…

sanando-la-iraL’irruption des pratiques de pleine conscience dans le champ professionnel, y compris dans les “business schools”, est paradoxalement le corrolaire de l’apparition de nouvelles pathologies dans les organisations tel que le “burn-out”. La méditation de pleine conscience (MBSR), la pratique du yoga, du Qi Qong, du Taï Chi Chuan… sont de véritables contrepoids à la variabilité et à l’incertitude de nos environnements professionnels. Les bénéfices sont multiples. Ils vont d’une meilleure gestion du stress, de la colère à un renforcement des capacités de concentration, en passant par une reconnexion à l’ensemble de nos “soft skills”.

L’auto-formation: ré-aprenez à lire…

Bien entendu, on ne saurait oublier de notre liste l’auto-formation, notamment grâce à nos bons vieux livres en papier. Voici donc quelques titres que nous partageons avec vous…

 

L’essence du leadership – François Durnez – L’Harmattan

La boite à outils du leadership – Testa, Lafargue, Tilhet-Coartet – Dunod

La boite à outils de la pleine conscience au travail – Labouesse, Van Laethem – Dunod

Ces décideurs qui méditent et s’engagent – Sébastien Henry – Dunod

Et bien sur, la bibliothèque de tous nos articles est à votre disposition : http://www.breakfastcoaching.fr

 

Exemples de formations innovantes (n’hésitez pas à nous interroger) :

La gestion des émotions en entreprise”

La pleine conscience pour améliorer les performances du manager”

 

Tous nos meilleurs voeux pour 2018 !!!

 

 

Jean-Christophe Thibaud (jcthibaud@lectia.fr)

et

François Debly (francois.debly@5d-coaching.com)