Après les salles de sport, les crèches… Vive les salles de silence !!!

ciudadano-poeta

Pour fluidifier les échanges, décloisonner les relations et favoriser le travail en équipe, les années 90 ont vu se développer les open-space. Lorsque j’ai pour la première fois intégré une SSII, on m’a attribué un bureau ouvert aux quatre vents. J’étais entouré de « petits génies » qui passaient une partie de leur journée à jouer avec des gadgets électroniques. A grand coup de lances missiles reliés à des ports usb, ils tentaient de trucider des mini hélicoptères radioguidés. Le tout était accompagné de grands éclats de rires… Au département commercial et marketing, la vie était rythmée par les appels téléphoniques incessants. Bien entendu, cela poussait les commerciaux à crier plus fort. Sans doute pensaient-ils aussi qu’ils seraient entendus plus facilement de l’autre côté de la planète… Finalement, au lieu de favoriser les échanges, le bruit incessant força tout le monde à se mettre un casque de baladeur sur les oreilles…

5157977_11-1-1538173823Mais, c’est récemment, en entendant la vibration d’un téléphone portable dans une salle de méditation Zen, que j’ai pris pleinement conscience de l’impact des nuisances sonoresLe silence est devenu un bien inestimable. Il est désormais en voie de disparition alors qu’il est indispensable à notre équilibre.

La monté du burn-out, et de différentes autres pathologies professionnelles liées au stress, conduit à revoir l’aménagement de nos bureaux. Selon le baromètre CEGOS publié début décembre, 54% des salariés (66% des managers) estiment subir un stress régulier dans leur travail. Trois français sur cinq se plaignent du bruit dans leur entreprise…

Par ailleurs, on sait que le silence est indéfectiblement lié à la créativité. L’absence de bruit permet de « mâcher » ses idées en conscience, en exprimant leurs saveurs jusqu’à leurs fibres les plus minuscules… Il laisse les émotions et sentiments prendre toute leur juste place. Vivre dans le bruit, c’est vivre sous pression, dans la confusion des émotions, des ressentis et de la fatigue. Le cerveau a besoin de temps et de repos pour pouvoir trier, ranger, relier les informations. Nos solutions n’apparaissent qu’au moment du silence, rarement en plein tumulte. Newton et Einstein prônaient le silence de la sieste pour créer…

buddha-2915826_960_720Dans le Zen, et plus largement le bouddhisme, le silence est source de vie et de sagesse. Corolaire du vide, il magnifie et apporte du sens : son de la cloche dans le lointain, caresse du vent sur les feuilles, crissement imperceptible des pas dans la neige…

On le retrouve sur les estampes mais aussi dans les jardins de pierres et de sable des monastères. Ingrédient de la réflexion intellectuelle et de la concentration, on le réclame dans les musées et les bibliothèques.

Dans « le cri » d’Edvard Munch, le silence devient assourdissant. Il en dit plus sur la souffrance que tous les discours du monde…

260px-the_screamLe silence est par ailleurs un ingrédient indispensable dans la relation. Impossible de comprendre l’autre et de communiquer avec lui sans une prise de recul mental. Combien de fois sommes nous en train de penser à la réplique suivante, voir à dautres sujets au lieu d’écouter ? L’écoute active suppose donc le silence. Ce dernier permet une présence, pleine et entière. Cest ce pas de côté mental qui permet d’établir un pont entre notre interlocuteur et nous. Par ailleurs, l’écoute ancrée dans le silence atténue nos filtres et nous conduit à la rencontre dautrui, sans aprioris et préjugés. Cette posture agit comme un papier buvard. Elle amène notre interlocuteur à approfondir, nous en dire plus et ainsi atteindre une autre dimension dans léchange.

A linverse, lenvie damener la bonne solution, ou de faire briller son expertise nous entraîne à surenchérir et accélérer, en perdant de vue le sens et la cohérence. Comme le savent les plus grands musiciens, le silence est vital, car il met en perspective les notes qui composent un morceau.

Trop de bruit avive les tensions, est source de conflits, de protestations. Ce n’est pas pour rien que souvent les manifestants tapent sur des casseroles ou autres ustensiles pour se faire entendre.

chair-270980_960_720En coaching, le silence permet daller plus vite à lessentiel et de réellement rencontrer son client pour faire alliance. Pour un manager, il permet de mieux comprendre les besoins, donc les motivations de son équipe. Ainsi de mieux accompagner chaque personne tout en adaptant son style de leadership. Le silence que beaucoup redoutent est donc un formidable outil pour se reconnecter à soi-même et aux autres !

Si vous souhaitez mobiliser lintelligence collective, apprenez à cultiver le silence !

Que ce soit pour prendre du recul et mettre vos idées en perspective, ou pour adopter une posture découte active, le silence est votre allié.

Article écrit à 4 mains, comme toujours nous restons à votre écoute :

François Debly – francois.debly@5d-coaching.com

Sylvain Mossière – sylvain@skillspotting.com

Nicolas Quoex – nicolas@skillspotting.com

Jean-Christophe Thibaud – jcthibaud@lectia.fr