Développement personnel ? … au travail !!!

escargot

Le jour où votre DRH voudra vous convaincre de suivre une formation, il vous la vendra en insistant sur le fait que c’est bon pour votre « développement personnel » … Cette appellation générique regroupe beaucoup d’outils, du coaching à la formation en passant par le mentoring. Ces méthodes et processus génèrent des évolutions et des changements de posture, fournissent des moyens que vous pouvez utiliser pour le bénéfice de votre fonction au sein de l’entreprise mais pas seulement… Savoir gérer les conflits fonctionne aussi bien avec des collègues, son manager… et son conjoint.

Un développement pas si personnel que ça…

« Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance ».

Abraham Lincoln 

jean-bertrand-pontalis-changer-c-est-d-abord-changer-de-point-de-vue_imagepanoramique647_286D’après Wikipedia : « En psychologie, le développement personnel représente un ensemble de courants de pensées et de méthodes destinées à l’amélioration de la connaissance de soi, la valorisation des talents et potentiels, l’amélioration de la qualité de vie, à la réalisation de ses aspirations et de ses rêves… » C’est donc un travail de découverte de soi au sens large, une « croissance personnelle » comme disent nos amis québécois.

Le développement personnel fait référence à l’évolution de la personne, tant du point de vue de ses capacités et potentiels, que de sa propre conscience de soi. Un de ses buts est d’activer un regard différent sur soi et le monde environnant, aussi bien professionnel que personnel… si tant est qu’on puisse réellement faire une différence entre les deux (cf notre dernier article : « Vie professionnelle, vie privée… Divorce ou nuit de noces ? »).

Si l’amélioration des performances ne pose pas de problème (bien au contraire…), la prise de recul, le changement de regard, la nouvelle posture ne sont pas anodins. Cela peut même susciter quelques réticences, tant pour l’entreprise que pour le salarié lui-même, voir pour son environnement familial.

Un engagement dans une formation donne lieu, à plus ou moins long terme à une nouvelle gestion de la carrière professionnelle… parfois à un nouveau départ. Le collaborateur prend conscience de sa valeur et surtout il devient plus visible pour les concurrents et les chasseurs de têtes. Ne parlons pas des divorces ou des tensions qui peuvent survenir dans un couple à l’occasion d’un cumul « reprise de formation / responsabilités professionnelles ». Dans un « Executive MBA » par exemple, dix-huit mois de cours, de travaux de groupe, de déplacements à l’étranger, de coups de fils après 20h peuvent nuire quelque peu aux relations familiales…

f0fb3d96ab223acff85f336427fbd002-point-of-view-perceptionEn ce qui concerne le coaching, l’effet obtenu va plutôt dans le sens d’un réengagement de la personne accompagnée. Son regard change, elle appréhende mieux son environnement, elle extirpe les cailloux de sa chaussure les uns après les autres.

L’entreprise au service des aspirations personnelles…

« Le bonheur est dans le pré, cours-y vite, cours-y vite, le bonheur est dans le pré, cours-y vite il va filer. »

Paul Fort

Pendant longtemps, les choix professionnels (promotion, mobilité…) se sont faits au détriment de la vie privée. Ce n’est plus le cas. Les nouvelles générations sont très attachées à concilier leurs aspirations personnelles avec leur vie professionnelle… et non plus l’inverse comme leurs parents.

Dans un sondage effectué en 2017 (Baromètre OPE de la Conciliation entre Vie professionnelle et Vie personnelle), 93 % des salariés interrogés considèrent que l’équilibre des temps consacrés à la vie professionnelle et à la vie personnelle est un sujet important voire très important. 64 % des salariés interrogés estiment que leur employeur « ne fait pas beaucoup de choses » pour les aider à équilibrer leurs temps de vie.

L’entreprise a appris à mettre à disposition de ses collaborateurs un certain nombre de services pour prendre en compte leur vie personnelle : agence de voyages, crèche, conciergerie, livraison des courses sur le lieu de travail, pressing, food truck sur le parking de la société, salle de sport etc…

Mais, au-delà des supports « techniques » apparus à la fin des années 90, de plus en plus d’entreprises savent que pour fidéliser leurs employés, elles doivent satisfaire aussi leurs aspirations personnelles. La génération des X, puis celle des Y, se sont mis en quête de sens. Elles recherchent des postes motivants, riches en expérience qui vont aussi dans le sens de leurs valeurs personnelles. Et lorsqu’elles ne trouvent pas, elles n’hésitent pas à aller voir ailleurs…

????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Comment nous préparer aux bouleversements à venir ? Dans les dix prochaines années, 80% des métiers existant vont disparaître. Autant d’activités encore inconnues vont prendre leur place. Dans ce monde VUCA, « Volatile, Uncertain, Complex, Ambiguous » l’intuition, le réseau, les capacités relationnelles, l’esprit d’équipe feront la différence. Le développement personnel permanent va devenir la meilleure assurance pour se prémunir de l’obsolescence qui nous guette…

Jean-Christophe Thibaud (jcthibaud@lectia.fr)

et

François Debly (francois.debly@5d-coaching.com)